Les maoistes réactionnaires à la sauce hexagonale

Situons sans préambule le théâtre des opérations qui mobilise depuis des mois la gente poétique de France dans des escarmouches répétées à longueur d’ondes et de tweets où les plus téméraires diseurs de mots d’oiseaux volant plus bas que terre, s’écharpent à coup de tapotis de claviers comme naguère leurs confrères épistoliers s’agitaient de la plume.

Il y a une question qui ne fait plus débat mais avis tranchant tranché en toute légitimité auto-affirmée : « Il faut virer manu militari et plus vite que ça, ces gauchos, extrêmos, crados, illégaux de zadistes » pour rétablir la loi de la république sur tout le sol français, c’est-à-dire appliquer la loi martiale.

C’est un peu fort de café vu qu’on est sous le règne de Jupiter. Ca va pas l’faire de faire rappliquer Mars pour mettre les verts aux fers vu qu’il supporte pas, notre dieu des dieux, qu’un concurrent de bas olympe lui vole la vedette sur la scène de son one god show permanent ! Et puis bon, en France, on a toujours eu une partie de Gaule qui se branlait du chef en s’attendant à ce que le ciel lui tombe sur la tête mais qui faisait pas dans ses braies pour autant quand il s’agissait de défendre les grandes valeurs de la patrie contre les idées New Middle-Age des envahisseurs qui voulaient lui faire perdre sa liberté fraternelle et la mettre sous tutelle.

Mais maintenant, triple fois hélas, nous n’avons plus d’envahisseurs. Nos ennemis d’outre-Rhin nous ont envoyé sœur Angela, l’ange de la fraternité transfrontalière pour faire de gentils papouilles à notre pote en chef « l’archange déchu Emmanuel » et businesser ensemble comme copains-cochons.

Pire, nos héréditaires va-t’en guerre de l’over Manche s’en sont retournés dans leur chez soi pluvieux pour ne fricoter qu’entre gentlemen made in Brit-haine vu qu’ils aiment pas les polonais, les grecs, les allemands, les … enfin tous les autres qui se pintent pas à la sanglante Mary, qui ne génuflexionnent pas devant la queen et ne se fringuent pas en abus de paillettes comme sir Elton. Subséquemment en French-country, nous ne savons plus où donner de la testostérone, qui fritter, qui châtaigner, qui bugner, qui décalquer, qui bastonner et étriper.

Ces castagneurs et chicaneurs que nous sommes ont perdu leur punch line à cause de ces enfoirés de strangers qui veulent plus nous déclarer la guerre comme naguère en cour de récré, mais nous les brisent avec leur « peace and love attitude » infantile et si totalement « Télétubbies ». Mais comme il parait qu’on a des idées, ils ont carburé de leurs grosses têtes pleines de vide pour résoudre cette terrible problématique de manque de débouché à leurs viriles ardeurs.

Attaquer les gens de chez nous, faire comme les ricains en leur temps, et les espagnols aussi, se la jouer guerre civile, bien entre soi. Ça a ses avantages, note, même pas besoin de quitter ses pénates et de se peler les roubignoles dans les tranchées de l’est. Et puis, si les ennemis se pointent pas de leur plein gré, y a pas de mal à s’en créer.

A toi qui en est encore au berceau de la créativité belliqueuse, qui vient juste de rentrer en maternelle premier âge à Saint-Cyr, je te donne la recette.

On part d’un constat cruel mais pas fatal. Pas d’ennemi en vue, on s’emmerde tant que si ça dure on s’ra dans l’Dédé, je veux dire dans la saumure, avant que la mère Angela nous envoie ses panzerdivisions et que la sœur Theresa « s’exite » de son repli sur soi de mauvais aloi. Donc, si y a pas d’quoi s’cogner trois teutons et deux britons, cogitons aux petits oignons. Des ennemis y’en aura, croix de bois, croix de fer et si tu m’crois pas, hey, j’te casse la gueule à la récrée !

Hein, j’ai dit quoi ? Mais c’est bien sûr, c’est ça la solution ! Casser la gueule à ceux qui m’croient pas, à ceux qui sont french comme moi mais qui croient pas la même chose que moi.

Donc ami apprenti, maintenant que t’as bien braintempêté dans ta tête et qu’une idée de ouf en est sortie, passons à la phase qui suit. Il faut trouver l’ennemi, le type ou la typesse qui pense pas comme toi. Bon, là c’est simple. Tu résumes en trois points ce que tu crois pour de vrai et que t’es prêt à mourir pour le faire croire aux autres ! Trois croyances, pas plus, parce que sinon tu risques l’embrouille dans tes circuits synaptiques et qu’il faudrait pas qu’tu t’mettes à courir après des idées pas archi majoritaires quand avec deux top ideas séculaires t’es sûr de t’embrouiller pour des vies avec la bande de mal-pensants d’en face. Maintenant tu cogites again. Qu’est-ce que l’idée contraire qu’est pas raccord avec l’idée que t’as toi ? Une fois que tu l’as bien déterminée, tu passes à la chasse au mec qui l’a, l’idée à pas avoir ! Tu procèdes par amalgame et classes sociales qui font dans la même hérétique hérésie, dans l’in-orthodoxe doxa, comme ça t’es sur qu’en ratissant large, tu ne manqueras pas ta proie !

C’est donc fort d’un raisonnement radicalement pesé et mûrement conceptualisé que nous avons maintenant des bandes anarchiques qui sillonnent les routes à 80 à l’heure de notre fratricide contrée en quête de cons à buter. Elles ont tant et si bien envahi leur propre territoire que l’on ne trouve plus un coin de terroir où la 4G ne relaie leurs vociférations calamiteuses. Dans ce tintamarre de cliques qui se claquent, une clameur sort pourtant du lot. T’as qu’à taper hashtag « zad » et c’est parti pour le show et c’est parti tout le monde est chaud !

La Zad, c’est un nid d’irréductibles pas gogos de la loi capitaliste qui règne en Mondialie et qui s’est retranché dans un camp de champs à protéger des bétonneurs. Y z’y sont pas allés de main morte avec les chicanes et les pneus crevés, les monticules défensifs et les déchets dissuasifs et ont fait un gros pied de nez à ces fins politiques d’aigrefins qui se gavent de pots de vins en vendant des bouts de France aux plus payants, je veux dire aux investisseurs, s’cusez !

Pour les réacs tenant de l’ordre, le leur, il faudrait que ces verts fous de terre fassent comme tout le monde, se soumettent à ce qu’on a dit en haut-lieu, ce lieu où ils festoient en Suisse aux frais de dame Marianne. Qu’ils rentrent dans le rang, qu’ils se soumettent à l’ordre républicain ! Faut les entendre se hausser du gosier, éructer de l’anathème parce que ces barbus de chevelus ont inventé leur truc à eux de paradis pas banal. Yes, ils occupent, ils se battent, devinez pour quoi nobles gens ? Pour des quetsches et des z’oziaux ! Or s’il est une chose que le bourgeois comprend pas, c’est qu’on puisse se battre pour autre chose que de l’oseille ! Ça, si c’était une rébellion contre le fisc pour se créer des niches, ils auraient droit au respect les types, ils seraient des leurs, mais se battre pour des pois chiches pour préserver une niche juste écologique çà, çà c’est l’inconnue intersidérale dans leur équation du troisième degré !

Donc, comme ils pigent pas, ils trompettent, ils cornemusent, ils pètent et contre-pètent ! Il faut les déloger, les hors-la-loi, les expulser les français de chez nous qu’ont piqué des terres que l’état avait piqué avant eux. Z’ont qu’à payer comme tout le monde, z’ont qu’à respecter les normes comme nous qu’a dit un agri, je veux dire un exploitant agricole, chauffé à blanc. C’est vrai, le pec’ en général il respecte fort l’état de droit sauf quand il déverse son lisier sur une préfecture ou répand ses fruits sur les chaussées histoire de dire merde et fait chier au gouvernement !

Mais bon, le bouquet c’est quand même un journaleux dont je ne sais plus le nom, qui voulait qu’on fasse comme en Chine, le modèle d’exemplarité gouvernementale exemplaire qu’on a sur la planète : qu’on expulse les zadistes à tour de gros bras car quand même ça ne se fait pas de pas respecter la loi RE-PU-BLI-CAINE !

Ouh, le type, je veux dire le français de souche, envier le modèle totalitaire chinois ?! Pour un peu il voudrait ressusciter Mao, cultiver son ADN et engrosser une mère porteuse avec pour qu’on ait un grand timonier à vie pour nous tenir la barre barbare et qu’on soit tous au garde à vous sur la place Tiananmen ! On a déjanté de la raison en France ?

Pour mémoire, duconno, la république elle est fondée sur notre principe sacré « liberté, égalité, fraternité » par sur l’idéal marxiste, « goulag, stalag et KGB ».

Bon, y a quand même eu le Jean-Luc qui lui a dit que la Chine, quand même, il n’aimerait pas y vivre ! Mais l’autre a continué sa petite chanson de l’armée rouge, incendié le gouv’ à Phil le mollasson de la répression, pour qu’il fasse quelque chose pour laquer les « zadcons » à la sauce cantonaise ! Et fissa fissa en plus !

Donc, pour une bête histoire de renégats qui ont eu gain de cause contre un projet pas bien justifié, faudrait que notre pays devienne une dictature ? Au pays des Lumières, on ne pourrait pas tolérer que quelques-uns de nos concitoyens fassent les révolutionnaires comme nos glorieux ancêtres ? Que certains durs à cuire du derrière expérimentent un autre mode de vie ? Il est si beau le mode de vie qu’on nous a concocté ses dernières années pour le défendre avec tant d’acharnement ?

Non, qu’ils hurlent en chœur, mais nous, il nous emmerde bien le gouvernement, nous on les respecte bien ses commandements, alors pourquoi pas eux ? Parce que eux, ils les acceptent pas les débiles commandements. Parce que eux ils disent pas amen à tout, tiens ! Parce que toi tu pousses tes trilles sur l’oiseau bleu, tu insultes le babpascool at the TV, mais tu fais quoi ? Juste do it pas !

Les autres en face, ils ont eu le cran et ils ont été solidaires quand toi t’as été loup solitaire. Maintenant t’es tout jaloux que t’es prêt à brader ce qui nous reste de démocratie pour châtier les plus couillus que toi. Tu veux envoyer l’army à Juju se faire canarder à ta place pendant que tu feras le décompte des coups pas francs sur ton canapé en sirotant un lait fraise et en t’enfilant des barquettes trois chatons.

Et puis franchement, c’est intelligent de vouloir bâillonner, embastiller et décapsuler ceux qui tentent d’ouvrir une brèche de vie dans l’éprouvante VDM qu’on nous inflige depuis des toutes ces années ? Pourquoi qu’ils ne testeraient pas une alternative ? Si ça marche pas, l’addition sera pour eux, mais si ça marche, tant mieux pour nous, on les suivra !

Les gens du bio, combien se foutaient d’eux vingt ans en arrière ? Maintenant, même le Jean Ed Pastrèsclair qui s’bouge pas le popotin à moins de dix millions, leur fait d’la lèche pour les mettre en rayon.

Oui, pour être sûr que l’avenir soit pire que le présent, il faut tuer l’espoir sous prétexte que d’autres sortiront de l’enfer avant toi et que c’était pas une idée à toi, vu que ton idée à toi, c’était de faire as usual la même chose même si ça mène à l’extinction de ta race qui est la nôtre aussi par la même occasion !

La tyrannie, ça ne vient pas d’en haut, ça vient d’en bas, de très bas. C’est la voix universelle de l’homme servile qui demande des bras armés pour imposer à tous une même loi, une même foi, un même choix parce qu’il ne supporte pas qu’un autre, qu’un seul autre, puisse jouir de la liberté à pleins droits.

Sur le même thème

Jupiter le fallacieux, ci-devant dieu des rien-du-tout

La critique ayant ses raisons que maints égos veulent ignorer, il est des jours où il s’avère bel et bien nécessaire de séparer le bon grain de l’ivraie humaine…

Logo billet version 2

La frisée pas chou

Nous avons affaire en ce jour à un troupeau de poètes qui bêle en bande, la peau lainée de boucles frisettes qui font risette quand les autres font disette…

Newsletter

Pour ne pas rater les prochaines nouveautés et les obtenir en avant première, inscrivez-vous à notre newsletter.

Partager

Pour en faire profiter vos amis.

0 Partages
Partagez
Tweetez
Enregistrer