Copyright etc …

Textes

Les textes présentés sur ce site sont enregistrés à La Société des Gens de Lettres au nom d’Anne Devrière pour faire valoir ses droits d’auteur quand ces écrits seront publiés sous forme de recueils à titre onéreux. Ils peuvent en conséquence être partagés sur le net mais non faire l’objet d’une publication papier, d’être vendus et être signés d’un autre nom que celui de l’auteure (A.D.).

Liberté

L’auteur des « Poètes et des Justes » s’exprimant en nom propre et n’étant assujetti à aucun groupe, parti, obédience ou mouvement, ceux qui partageront ou relaieront ces écrits, ce dont je les remercie, ne pourront se prévaloir de mon adhésion à leur propre courant ou chapelle même si nous partageons certains points de vue ou si l’une ou l’autre de ces histoires illustre un de leurs propos, projets ou action militante.

En revanche je suis opposée à toute utilisation qui pourrait en être faite en vue de porter atteinte à la dignité d’une personne ou d’une catégorie de personnes. En effet, ces pensées et comportements négatifs que je décris non sans fermeté et dérision parfois, ne sont que des pensées et des comportements. Aucune personne ne peut être réduite à une de ses pensées et/ou un de ses comportements. D’autre part, l’irrespect ne fait pas partie de mon cadre de référence, l’humour n’étant qu’un parti pris pour faire bouger les lignes. C’est précisément pourquoi j’ai choisi des personnages fictifs et non des personnes réelles pour les illustrer.

Je milite pour la dignité humaine et l’accroissement de la valeur bénéfique de l’homme et si faire un état des lieux (« Les Poètes ») est nécessaire pour réfléchir à une solution appropriée, la haine, la vindicte et l’humiliation ne sont précisément pas des solutions.

Rapport à la réalité

Oeuvre de création

Ces textes, je le rappelle, sont des œuvres littéraires et donc des œuvres de création bien qu’ils aient un rapport étroit avec le réel et les comportements, croyances et actes tels qu’ils s’observent dans la vie courante ou qu’ils s’observeront demain en plus grand nombre, je l’espère, s’agissant des dispositions et habiletés les plus élevées des « Justes ».

Sources d'inspiration

Les inspirateurs de mes héroïnes et héros sont probablement reconnaissables pour certains d’entre eux car ils s’exposent à notre vue à longueur de journée dans les médias. Il me semble alors juste et sain pour ce qui reste de notre démocratie, que nous leur offrions en retour du dédain qu’ils nous infligent et des malhonnêtetés qu’ils s’ingénient à nous faire gober, quelques justes caricatures ou mises en scène parodiques. Pour autant ces personnages ne sont pas eux. Point.

Personnages et non personnes

Cela étant, grand nombre de mes personnages sont nés d’inspirateurs pour la plupart moins en vue, de mixages surtout. Aussi, si d’aventure certaines personnes se reconnaissaient dans un de ces portraits, qu’elles ne se fassent pas elles-mêmes de contre-publicité en m’accusant d’attenter à leur image. Qu’elles se souviennent qu’au moment où elles ont présenté les traits de caractère que je mets en musique, elles n’en étaient pas peu fières ! D’autre part, qu’elles considèrent que sans intervention de leur part, il y a très peu de risques qu’elles soient reconnues vu que j’ai fait de mon mieux pour préserver leur anonymat et qu’ils n’ont été que des points de départ de certaines histoires, pas des sujets de biographies ou d’enquêtes journalistiques. D’autre part, vivant très à l’écart de la place publique comme disait Brassens, il y a extrêmement peu de personnes qui me connaissent et peuvent être en mesure de faire un quelconque rapprochement entre mes personnages et des gens que j’ai pu croiser.

Limite de responsabilité

Interprétations

*Maintenant, s’agissant des effets et conséquences que ces écrits peuvent avoir sur les lecteurs, je ne peux être tenue responsable de ce qu’ils en feront, diront ou penseront et surtout pas de leurs interprétations. J’ai été formatrice assez longtemps pour avoir constaté que j’ai, d’après certains, professé des choses que je n’avais jamais dites ni pensé et que d’une même intervention revenaient des sons de cloches totalement différents selon les auditeurs. Ce sont les réalités de la communication, elles s’imposent à vous comme à moi ; chacun entend et voit à partir de ses propres conceptions et filtres. Quant à la nuance et au contexte de validité d’une observation ou préconisation, ce sont les éléments des discours qui me semblent passer à la trappe le plus facilement, ce qui m’afflige en vérité.*/p>

Droit à l’erreur et bonne volonté d’amendement

Maintenant s’il s’avérait que j’ai manqué de discernement par endroit et dépassé les limites à l’endroit de certains groupes ou personnes, je tiendrais évidement compte de vos appels à la raison pour amender ce qui doit l’être, mon propos n’étant pas de faire offense, encore moins de blesser, mais de croquer le vif avec couleurs pour donner du grain à moudre à nos espérances d’amélioration du caractère humain.

Le champ de l’humour

Quant à l’humour et le second degré, dont j’use assez souvent, je sais qu’il n’est pas compris de tous, pas apprécié de tous. Il a néanmoins son utilité et vous ne sauriez lire certains propos que je mets dans la bouche des poètes, ou que j’ai tiré de leur bouche s’agissant de mes inspirateurs et inspiratrices, comme étant mon opinion. Je ne promeus pas une opinion, j’offre une lecture, un angle de vue de certaines réalités. L’opinion, c’est vous qui vous la faites à votre guise.

Politiquement correct, définitivement pas

D’autre part, je tiens à rappeler ceci à toute personne qui aurait envie de me faire un mauvais procès pour vulgarité ou non-respect du politiquement correct ou que sais-je, que ce ne sont pas les mots qui font mal, c’est la réalité qu’ils dépeignent. L’on ne peut, il me semble, décrire l’insanité morale seulement avec des mots de haut étage et c’est à cette fin que pour eux ont été créés des idiomes tout exprès qui peuvent s’avérer grossiers ou bruts de décoffrage mais, en raison de cela, tout à fait explicites. J’ajoute que si d’aucun voudraient que l’on se taise sur leurs méfaits, qu’ils commencent par arrêter de commettre lesdits méfaits, cela aurait pour effet de me mettre au chômage, moi et mes confrères en satires, mais je leur en saurais tout à fait gré néanmoins.

Objectif de ces écrits

Quant à ceux qui seraient touchés douloureusement par certains comportements pas indolores du tout que je décris dans « Les Poètes« , sachez que je n’écris pas pour vous affliger mais pour lever les lièvres qui profitent de l’ombre où ils se tiennent masqués pour nous causer des torts et parce que je crois encore suffisamment en l’homme pour participer à la tentative de certains de faire survivre homo « sapiens sapiens« à ses conneries d’hier et d’aujourd’hui, lesquelles sont plus graves aujourd’hui qu’hier car il a plus de moyens à sa disposition pour se faire péter la caboche et tout ce qui vit avec lui. Je milite donc ici pour le progrès humain, avec les moyens dont je dispose et j’espère profondément que cela vous sera et utile et bénéfique, au moins un tout petit peu.

Images

Les dessins et autres images présents sur le site sont tous des créations originales faites expressément pour celui-ci. Elles ont deux auteures, Anne Devrière et Justine Marie.

La photo du cactus qui illustre le caractère des poètes est de Andrey Evdokimov on Unsplash

Généralement nous avons Anne au dessin original et Justine à la photo, au photomontage, à la colorisation et aux effets graphiques via Photoshop et lllustrator.

Ces images sont elles aussi protégées au titre de la propriété intellectuelle par divers moyens reconnus légalement pour faire valoir leur propriété intellectuelle et antériorité si besoin.